Echo de la Gruyère

Gegründet:
2003
Leitung:
Tel:
026 918 54 31
E-mail:
tornico@sunrise.ch

Légende

Trois étranges personnages auraient proposé à un jeune berger de réaliser son vœu le plus cher. Le géant rouge lui, offrait force

et troupeau, le chasseur vert lui, promettait l’or et la plus belle fille du monde. Alors que le troisième, aux blonds cheveux

bouclés, ne pouvait que lui offrir le yodel et l’art de sonner du cor des Alpes. Le berger n’hésita pas un instant : « Je n’ai que

faire de la puissance et des trésors, je préfère le chant et le son du cor ! »

Histoire

L’Echo de la Gruyère est né de musiciens, issus en majorité, de la famille des cuivres. Contrairement à la légende, personne n’est

berger et personne n’a croisé de génie. Et pourquoi on joue de cet instrument ? « Parce que ! » on vous répondra. Le groupe est

réellement défini par 4 personnes lors de la fête fédérale des yodleurs à Fribourg en 2002. Cette formation a ensuite évolué autant

sur le nombre de joueurs qui, au maximum, est monté à 9 personnes et aux différents concours régionaux et fédéraux dont le

groupe s’est maintenu à un bon niveau. En 2013, de nouveaux objectifs sont définis pour le choix musical et sur les prestations.

Aujourd’hui, cinq musiciens de 18 à 70 ans composent la formation. Entre ceux à marier et les autres à user, tous se retrouvent

une fois par semaine pour parfaire l’interprétation des pièces musicales.

Le «dzaquillon» est le vêtement de travail de la faneuse. La robe, sans manches, est bien ajustée à la taille et a une jupe évasée.

Son décolleté est voilé par un foulard. Les manches du chemisier, qui apparaissent sous la robe, sont courtes et bouffantes. Le

tablier à bavette donne une note colorée au costume, bleu, rose, jaune…

Le «bredzon» est le vêtement de travail de l’«armailli», le vacher qui fabrique le gruyère à l’alpage. Le pantalon et la veste, brodée d’edelweiss sur le col, à manches courtes et bouffantes sont en triège, sorte de toile bleu-gris. Sur le sommet du crâne, il

porte la «capette» de paille qui est garnie, à l’extérieur, de soie et de velours noir. Ils ont toujours leur sac en bandoulière avec

eux, sorte de petite gibecière qui s’appelle le «loyi», et qui est une poche à sel. Elle est brodée d’un motif au goût du propriétaire

et a, de chaque côté, deux cornettes, qui sont des godets taillés dans une corne de vache, contenant pour un du sérac (fromage)

pour traire et l’autre le gras du bouillon pour les soins des pis.

Musicalité

Dans les anciens écrits, l’instrument permettait au berger de rassembler le troupeau à l’heure de la traite

et de le conduire aux champs. Quand le soir tombe, l’armailli sonne la prière, implore la bénédiction et

dit aux habitants du val que tout va bien sur l’alpage.

De nos jours, il reste dans ce concept de communication. Nous, joueurs de cor des alpes, nous nous

efforçons de vous transmettre notre plus grande amicalité, notre vivacité des montagnes fribourgeoises.

L’Echo de la Gruyère a, depuis son origine, maintenu la musique traditionnelle. Depuis quelques

années, avec l’arrivés de nouveaux compositeurs, le groupe a pris son sac à dos et est parti sur de

nouveaux chemins musicaux. Tango, blues, marche, polka, valse, etc., nous nous efforçons de

diversifier notre répertoire pour le plaisir de vos oreilles.

Prestations

Nous sommes à disposition pour vos anniversaires, mariages, fêtes, marchés, etc., afin d’animer ou de

vous faire ressentir des frissons de bonheur. Nous ne nous limitons pas qu’à notre 026 et notre âme

voyageuse nous amène jusqu’à l’autre bout de la terre pour certains d’entre nous. Pour compléter la

formation, un lanceur de drapeau nous accompagne selon les demandes afin d’ajouter une note, cette fois-

ci, visuelle.

Futur

L’Echo de la Gruyère sera, nous osons l’espérer, le plus proche de vous, pour vous offrir de bons

moments musicaux.